Snoezelen : une bulle de douceur et de sérénité

Snoezelen : une bulle de douceur et de sérénité

Entrer dans l’âge ou la maladie, c’est entrer dans un monde où le langage médical, les soins techniques, la prise de médicaments font partie du quotidien. Un monde évidemment difficile pour la personne concernée, mais aussi pour les proches, les « aidants ». Pour recréer des « espaces » où la sérénité et la douceur sont de mise, il existe des méthodes complémentaires aux pratiques thérapeutiques classiques. Parmi elles : le Snoezelen.


UNE BULLE DE DOUCEUR ET DE SÉRÉNITÉ PROPOSÉE PAR L’ESPACE SERVICES SÉNIORS


Développé généralement dans les établissements spécialisés (EHPAD, Institut Médico-Educatif…), l’Espace Services Séniors vient de s’équiper d’une salle entièrement dédiée à ces séances basées sur la stimulation des sens, les émotions, la relation entre le soigné et le soignant.

« Pourquoi fallait-il attendre d’être en dépendance avancé et de ce fait devoir faire le choix douloureux d’intégrer un EHPAD, pour bénéficier de l’approche Snoezelen ? Voilà le point de départ de notre réflexion », explique Claude Baillargeat, psychomotricienne de l’Espace Services Séniors.

Stimuler les sens, maintenir le lien

En entrant dans ce nouveau cocon, tout invite au lâcher prise. Musique douce, colonne à bulles, huiles essentielles… les sens sont éveillés, le corps parle, même quand les mots font défaut : « grâce aux stimulations sensorielles, on crée un moment de détente et la possibilité de revivre des sensations oubliées. Le but pour le psychomotricien ou la personne formée à cette approche est de pouvoir saisir la réalité de l’autre à travers sa communication non verbale… notamment pour les personnes présentant des troubles cognitifs importants, et surtout lui laisser de la place pour s’exprimer avec ses mots, ses ressentis, son corps ».

Et pour que les bénéfices de ces séances soient partagés, le conjoint, le parent peut aussi y participer. « Un moyen de redécouvrir les capacités de communication parfois dissimulées sous la maladie et leur permettre de récréer des liens distendus, de se retrouver ou de profiter, eux aussi, d’une attention particulière au travers d’une séance de relaxation ».

Ce projet a reçu le soutien financier de la Vinaigrerie de Carvin.

Mots clefs